Maîtriser votre peur de parler en public

aDe nombreux sondages réalisés au fil des ans montrent que les gens classent la peur de parler en public avant même la peur de mourir ! Se tenir face à un public et devoir s’exprimer peut être effrayant, surtout si l’exercice est appelé à durer plus de quelques minutes.

Malheureusement, et même si vous tentez coûte que coûte de l’éviter, vous devez vous exprimer en public pour développer votre activité par le networking. Cette intervention peut prendre la forme d’une présentation d’une minute dans le cadre d’une réunion de networking, de dix minutes au cours d’une autre ou encore de 40 minutes auprès d’un prospect. Comme nous l’avons mentionné dans la stratégie de la semaine 32, vous devez non seulement vous sentir à l’aise, mais également agir à la manière d’un « motivateur ». En effet, dans le domaine du marketing de bouche à oreille, le message commence avec vous. Notez que la plupart des gens ne réalisent pas que, malgré leur angoisse, le public qui leur fait face est généralement bienveillant et souhaite leur réussite. 

Si la peur du public vous paralyse, nous vous recommandons de faire appel à un professionnel afin qu’il vous aide à gérer votre peur. Pour ceux qui trouvent malgré tout la force de parler en public, les paumes moites et le cœur battant à cent à l’heure, voici plusieurs conseils tirés de nos propres expériences afin de vous aider à réduire votre stress.

1. Le maître mot est : préparation ! Ne laissez rien au hasard. Vous devez avoir un plan structurant ce que vous allez dire et vous entraîner. Utilisez des fiches ou imprimez vos remarques sur une feuille de papier. N’ayez pas peur d’écrire gros : le but est de ne pas perdre le fil. Attention toutefois à ne pas verser dans une préparation excessive, au risque d’accroître votre anxiété.

2. Soyez spécifique et parlez de ce que vous connaissez le mieux. Votre objectif n’est pas d’essayer d’apprendre aux gens tout ce que vous faites en un seul discours, mais de leur apprendre quelque chose de pertinent. Afin d’améliorer votre confort et de réduire votre stress, nous vous recommandons de vous concentrer sur un ou deux domaines de votre activité, les thèmes que vous connaissez le mieux.

3. Utilisez des supports, des aides visuelles ou des diapositives PowerPoint pour illustrer votre présentation. Si vous avez peur d’avoir le trac, des accessoires tels que des livres, diapositives, documents à distribuer ou gadgets vous aideront à rester concentré sur le sujet, sans compter qu’ils ajouteront à l’intérêt de votre présentation et donneront au public un autre centre d’attention que votre personne. Si PowerPoint peut être un outil formidable, attention à ne pas tomber dans le piège consistant à lire directement le contenu des diapositives. Votre diaporama doit apporter un plus à votre présentation, il ne doit pas être votre présentation. Nous vous suggérons de lire quelques-uns des nombreux livres et articles disponibles sur PowerPoint.

4. N’oubliez pas que vous êtes l’expert. En effet, aux yeux de votre public, vous êtes l’expert et il est là pour entendre ce que vous avez à dire. Il est désireux d’apprendre de vous. Si vous vous concentrez sur ce que vous connaissez le mieux, vous prendrez confiance en vous et gagnerez en crédibilité. Pour cela, vous devez croire en vous-même et en votre message. 

5. Soyez créatif. Trouvez un moyen de communiquer avec lequel vous êtes à l’aise. Au lieu de parler directement, vous pouvez choisir d’engager la conversation avec les personnes en face de vous ou commencer votre présentation par une session de questions-réponses dans laquelle vous prenez le temps de développer vos réponses. N’ayez pas peur d’être différent et de surprendre votre public. Déplacez-vous sur ce qui vous sert de scène ou entre les sièges. Les gens se lassent des présentations classiques : en faisant quelque chose d’inattendu, vous éveillerez leur attention. Transformez votre nervosité en énergie positive, en proposant une présentation divertissante pour vous également. Votre public le sentira et vous renverra cette énergie. Vous oublierez ainsi votre anxiété.

Lors des réunions hebdomadaires des Groupes BNI, les membres sont régulièrement amenés à effectuer une présentation de 10 minutes sur leur activité afin de permettre aux autres de les recommander plus efficacement. L’exercice peut faire peur. Une expert-comptable réticente à l’idée de s’y plier a même songé à quitter le Groupe dont elle faisait partie. Lorsque les autres Membres du Groupe lui ont demandé pourquoi, elle a expliqué que sa présentation de 60 secondes debout lui avait déjà pris toute son énergie et que, par conséquent, l’idée de parler pendant 10 minutes lui semblait au-dessus de ses forces.

Les Membres de son Groupe lui ont alors dit que personne ne l’obligerait à parler si elle ne le souhaitait pas, ce qui a eu pour effet de la soulager. Au fil de la conversation, le sujet est revenu et les membres du Groupe ont essayé de lui faire comprendre qu’il était important qu’elle les forme sur ce qu’elle faisait pour qu’ils puissent lui apporter les recommandations dont elle avait besoin. Consciente de ce fait, elle se sentait toutefois incapable de gérer autant de pression.

Jusqu’à ce que quelqu’un lui suggère de contourner le problème, en préparant une liste de dix questions vrai ou faux sur les lois fiscales et les PME. Dans le cadre de cette présentation, elle devrait uniquement lire les questions et indiquer les réponses : cela lui serait ainsi plus facile et aiderait les autres membres à mieux connaître son activité.

Après avoir réfléchi à cette solution, elle a choisi d’opter pour cette formule, dans la mesure où elle n’aurait aucun discours à faire. Les autres Membres du Groupe l’ont rassurée sur ce point.

Le jour J, malgré un début emprunt d’hésitations, elle a commencé à prendre de l’assurance dès la troisième question. Au fil de la discussion, elle est peu à peu parvenue à s’éloigner de son questionnaire pour engager une véritable discussion avec le reste du groupe. Elle s’est montrée à la fois professionnelle, informative et amusante. Elle a même passé un bon moment.

Au bout de quinze minutes, le président a dû lui demander de conclure car elle avait dépassé le temps imparti. Elle en a été la première surprise : elle avait perdu le fil du temps et totalement oublié sa peur.

Voilà un exemple d’approche susceptible de mettre le présentateur plus à l’aise. Pour déterminer celle qui vous convient le mieux, réfléchissez, sous un angle créatif, à vos connaissances et à la façon dont vous préférez communiquer. Vous serez alors en mesure de saisir les opportunités d’intervention publique susceptibles de renforcer votre networking. 

Extrait du livre “Réussir grâce au bouche à oreille”, en librairie depuis le 18 avril chez Dunod. Pour les Membres, merci d’envoyez un email à bnifrance@bnifrance.fr pour obtenir la version « customisée » BNI.

un commentaire

  1. merci c’est interessant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :