#TÉMOIGNAGE – « Inviter en ligne, c’est possible et même plus facile ! »

7

Benoît PUISSANT est le recordman des Visiteurs dans son Groupe BNI Arlon en Action depuis l’instauration des réunions en ligne, avec une quinzaine de Visiteurs à son actif. Il nous explique son secret…

Parlez-nous de vous et de votre Groupe BNI…

Le Groupe BNI Arlon en Action existe depuis près de 4 ans, maintenant… En cette période de confinement un peu particulière pour nos Groupes BNI, Arlon a su très rapidement s’organiser et proposer des réunions structurées et dynamiques.

Je suis gérant de la société 2B View, régie publicitaire pour les cinémas du sud Luxembourg belge et Membre du Groupe depuis 3 ans. Je viens d’ailleurs de renouveler pour une année supplémentaire. J’ai eu l’occasion d’officier en tant que Secrétaire-Trésorier, au Comité des Membres, Président, Coordinateur des Mentors et actuellement, je suis Coordinateur d’Événements. De plus, je m’occupe de la communication externe au Groupe.

Vous êtes apparemment un Membre très impliqué dans votre Groupe…

Oui, je pars du principe que quoi que l’on fasse, il faut le faire bien, ou ne pas le faire. Donc, en rejoignant un Groupe comme BNI, j’y allais comme tout ce que j’entreprends : avec passion et avec l’intention de m’y investir convenablement, pour le bien du Groupe.

Racontez-nous comment votre Groupe BNI a réagi aux mesures de confinement…

Nous avons la chance d’avoir un Comité Directeur extrêmement dynamique, réactif et qui a su s’adapter aux nouvelles conditions des réunions en ligne. Même si la première réunion était un peu démoralisante pour notre Groupe, car la plupart de nos Membres avaient dû cesser leur activité, craignaient le pire, nous nous sommes dit qu’il fallait réagir. Nous avons alors organisé une méga-réunion d’information en invitant des représentants de sociétés fiduciaires et de la Chambre de Commerce de la province de Luxembourg (encore merci à eux !!!) pour venir répondre aux interrogations des ces indépendants et gérants de petites sociétés. Une réunion qui a connu un énorme succès, avec plus d’une centaine de participants, dont des représentants du monde politique qui se sont fait le relais de nos inquiétudes.

 

Quelles conclusions avez-vous tirées de cette expérience ?

Après notre conférence-débat, nous avons pris conscience du fait que nombre d’indépendants et de patrons ou représentants de PME étaient assez peu structurés, qu’ils se sentaient assez seuls dans la gestion de la crise et qu’ils avaient besoin d’échanges avec d’autres. BNI offre cet espace d’échanges, pour peu que le Groupe soit ouvert à tous, ce qui est le cas chez nous. La clause d’exclusivité sectorielle s’applique à l’adhésion des Membres, mais pas aux Visiteurs. Nous partons du principe qu’un Visiteur, même concurrent de l’un de nos Membres, peut faire des affaires avec les co-Membres. Après tout, nous ne sommes pas une secte, et nous sommes là pour faire des affaires.

Qu’est-il advenu ensuite ?

Nous avons décidé de reprendre le cours normal des réunions BNI, avec la méthode BNI, mais bien entendu, adaptée à la téléconférence. La plateforme Zoom, que nous ne connaissions pas, offre pas mal de possibilités d’échanges d’informations, la prise en mains est assez rapide. Nous avons donc continué à faire des Tête-à-tête, organisé les conférences sur la base de ces nouvelles technologies et repensé notre mode de communication. Le Comité Directeur et son Président, Sébastien Herbeaux, ont pris la décision de ne parler que du positif. Exit donc les mauvaises nouvelles, les mesures de confinement et le coronavirus. Place à la bonne humeur, au dynamisme… et aux affaires. The Show Must Go On !

Vous avez une quinzaine de Visiteurs à votre actif depuis la mise en place des mesures de confinement, c’est super ! Comment avez-vous fait ?

Paradoxalement, il est plus facile d’amener des Invités en cette période de crise qu’en période normale ! Le confinement permet à nombre d’entrepreneurs « qui n’avaient pas le temps » de s’en dégager suffisamment pour venir nous rendre visite. Et puis, c’est une période introspective pour nombre d’entre nous. C’est l’occasion de faire le point sur nos activités, et pour certains, de les repenser, de nouer certains contacts ou plus simplement de faire « toutes ces choses qu’on n’a jamais pris le temps de faire, mais que l’on devait faire depuis longtemps ».

Combien de fois, en situation normale, lorsque nous invitions quelqu’un, on nous répond : « C’est trop tôt, je dois emmener mes enfants à l’école, je dois ouvrir mon commerce à telle heure ou lancer mes chantiers. » Bref, on reprend le temps de penser son activité et de se tourner vers les autres, puisque privés de contact, nous sommes seulement demandeurs. Tous les freins étaient levés en cette période spéciale.

Qui plus est, la vidéo-conférence bannit les frontières. Nous avons eu la visite de représentants d’autres Groupes BNI, et même, il y a deux semaines de cela, une représentante du Groupe BNI Synergie Provence. Plus de frontière et plus d’excuses donc !

Quel est donc votre secret ?

C’est très simple : je recontacte toutes ces personnes qui avant, ne pouvaient participer, et je leur dis que c’est l’occasion ou jamais : jeudi, c’est BNI et tu dois saisir l’opportunité de venir nous voir, faire de nouvelles rencontres et échanger avec d’autres personnes dans la même situation que toi. Ou tout simplement découvrir notre Groupe et son mode de fonctionnement ! L’argument massue étant que pendant la période de confinement, les petits déjeuners sont gratuits, alors pourquoi s’en priver ?

 Benoit_PUISSANT_logo.png