Le Groupe BNI Béthune Artois se dénude au profit d’une fondation !

853

Christophe DOUALLE est Directeur de Zone BNI Pas de Calais. L’un des 5 Groupes BNI qu’il gère, celui de Béthune Artois, a eu l’idée d’un calendrier où les Membres poseraient un rien dénudés… Tout cela au profit d’une fondation. Récit de cette aventure.

Depuis quand êtes-vous au sein de BNI ? 

Je suis Directeur Consultant et de Zone depuis presque 6 ans.

Quels Groupes gérez-vous en ce moment ? 

Je gère 5 Groupes sur la zone du Béthunois.

Vous avez créé un drôle de calendrier pour récolter des fonds pour une initiative. Pouvez-vous nous en parler ? 

Le Groupe BNI Béthune Artois a un groupe WhatsApp où il y a beaucoup d’échanges. L’idée est venue d’un petit délire de faire des photos dénudées « soft », puis d’en faire un calendrier, et enfin de le vendre afin de récolter des fonds pour la fondation Break Poverty.  Il est vrai que c’est toujours plus impactant de faire des photos un peu différentes et qui attirent l’œil. Et le résultat est exceptionnel. Patrice LENTIN, notre directeur artistique, a su nous rendre magnifiques. Pierre PARENT, de la société Studio Lys Com, s’est occupé ensuite de l’impression. Ils l’ont fait gracieusement, par générosité. Il parait que la philosophie de BNI c’est le « Qui Donne Reçoit » !!!

D’où vous est venu l’idée ? Qui est impliqué ? 

Sans notre Président, Matthieu OGEZ VALAUTO, de Nissan Beuvry, je ne sais pas si le projet aurait pu prendre forme en 15 jours, ni sans un Groupe soudé avec de belles valeurs.

Comment avez-vous procédé ? 

Dès le lendemain (pendant le second confinement), Patrice a mis en place pendant deux jours un studio photo chez notre co-Membre restaurateur et nous y sommes allés à tour de rôle. Tout le monde n’a malheureusement pas pu le faire à cause des professions réglementées, par exemple.

Comment allez-vous le vendre ? 

Tout le monde a mis une mise de départ, nous avons imprimé le maximum et pratiquement tout est vendu (plus de 200 exemplaires). Maintenant, si la France entière voulait en acheter un exemplaire, c’est avec plaisir. Les Dieux du Stade n’ont qu’à bien se tenir !

Quel est votre état d’esprit pour ce calendrier ? 

Comme indiqué en deuxième page « Ce calendrier est une initiative élégante et amusée du Groupe d’entrepreneurs BNI Bethune Artois. Chacun à sa manière se dévoile, se montre, un peu, beaucoup, juste pour rire. À chacun son corps de métier. En 2021, osons ! BNI Béthune Artois, c’est faire du business sérieusement, sans se prendre au sérieux.

Que pouvez-vous nous dire de la fondation Break Poverty ? Quelle est leur mission ? 

Je vous laisse prendre connaissance de sa mission dans le calendrier. Mais deux Membres participent financièrement à cette fondation qui agit sur le territoire Béthunois. C’est tout naturellement que nous avons souhaité nous aussi œuvrer à notre niveau pour cette fondation, qui aide les enfants dans la pauvreté. Nous invitons d’ailleurs toutes les entreprises à consulter leur site Internet. www.breakpoverty.com

Si vous récoltez suffisamment de fonds, avez-vous des idées pour la suite ? 

Nous reverserons l’intégralité des fonds à cette fondation. On part d’une idée farfelue et on se dit que nous avons un produit exceptionnel entre les mains, donc autant l’exploiter et finalement récolter un peu d’argent pour une bonne cause. Je peux vous dire que durant cette période plus que délicate, c’est juste extraordinaire de pouvoir ENSEMBLE sortir un tel projet. J’ai toujours pour habitude de dire que BNI est une belle aventure humaine, à chacun de prendre sa part dans l’aventure.

Qu’est-ce qui est important pour ce type d’initiative décalée ? 

Le plus important est la cohésion. Le Groupe est déjà très soudé, ce qui nous a évidemment permis de le faire, mais c’est une marche de plus.

À quoi faut-il faire attention ? Que faut-il éviter ? 

Il faut faire attention à fédérer, car tout le monde ne veut pas le faire. Je vous laisse regarder la première page avec Christine. Elle a osé en se laissant photographier car elle déteste ça, mais elle est sortie de sa zone de confort pour un résultat extraordinaire. Nadia, la banquière, a posé aussi pour une très jolie photo. Je ne vous cache pas que nous sommes complexés, maintenant, en voyant Jérémy ou Jimmy. Très de plaisanterie, nous ne devions pas tomber dans le vulgaire. Les photos sont de réelles œuvres d’art. Je suis fier de ce Groupe.

Avez-vous autre chose à partager avec les Membres qui vous lisent ? 

Si vous pouviez retenir « Entreprendre, c’est OSER », alors j’en serai ravi. Nous vivons une période compliquée et pourtant, de nouveaux Membres nous rejoignent. Des Membres développent leur entreprise. Osons avancer ensemble, osons entreprendre ensemble. Le plus difficile, c’est de décider d’agir. Le reste ne tient qu’à la persévérance.

CONTACTER CHRISTOPHE