Créer un Groupe : suivre la recette du succès

564

Camille ROLLANDIN, Directrice Consultante de plusieurs Groupes BNI, est actuellement en train de créer un Groupe à Saint-Quentin-les-Yvelines. Elle nous raconte sa méthode et les écueils à éviter pour parvenir au but.

Quand avez-vous intégré BNI et quand êtes-vous devenue Directrice ?

Je suis Membre BNI depuis le 1er décembre 2015 et Directrice Consultante depuis avril 2019. Je suis Coach en Management, l’accompagnement est mon métier et j’adore ça. Je le fais d’ailleurs aussi dans mes activités extra-professionnelles car je suis Responsable de Groupe chez les Scouts et Guides de France. Je suis convaincue par la méthode BNI, j’adore ma relation de travail avec mon Directeur Régional, Éric, qui m’a toujours beaucoup apporté, c’était assez naturel pour moi de devenir DC.

Pourquoi avoir rejoint BNI ? Racontez-nous votre histoire BNI !

Après 20 ans dans un grand groupe bancaire, j’ai choisi de me concentrer sur l’accompagnement managérial et de me certifier en coaching individuel et en coaching d’organisations. Une amie avait remporté un énorme appel d’offres auprès d’un client et m’a embarquée dans le projet. C’est dans ce cadre que j’ai créé ma société Atout Pluriel. Malheureusement, le client a été racheté au bout de trois mois et l’acheteur n’a pas voulu poursuivre la mission. J’avais perdu mon plus gros client !

J’ai croisé à ce moment-là le chemin de BNI par le biais de mon expert-comptable qui voulait développer son business et créer un Groupe BNI à Saint-Germain-en-Laye. Nous avons rencontré Eric Wirth, qui est devenu notre DC, et nous nous sommes lancés dans ce beau projet de création de Groupe !

La création de Saint-Germain Boucles de Seine a duré 10 mois et l’expérience a été riche en enseignements. J’en ai été la première Présidente et j’y suis toujours Membre. Je suis aussi leur DC depuis 18 mois.

J’ai beaucoup grandi, et ma société s’est beaucoup transformée, grâce à Éric, à mon Groupe et à toutes les personnes que j’ai rencontrées dans mon activité de DC depuis 4 ans.

Quels sont les Groupes que vous accompagnez ?

BNI Versailles Premier, le plus ancien Groupe des Yvelines, BNI Saint-Germain Boucles de Seine (j’y suis aussi Membre), BNI SQY, à Saint-Quentin en Yvelines, ce Groupe-là qui est en création.

Parlez-nous de votre dernière création de Groupe…

À priori, j’ai plutôt une fibre de DC accompagnateur que DC créateur. Je n’avais pas dans mes projets de créer un Groupe car cela demande une force d’arrachage sur quelques mois que je ne pouvais pas assumer dans mon agenda professionnel. C’est un concours de circonstances et une amitié qui m’ont amenée à créer ce Groupe.

À la suite de la fermeture d’un Groupe de la région, 5 anciens Membres souhaitaient malgré tout se lancer dans la création d’un nouveau Groupe. Je travaille en partenariat (grâce à BNI !) avec l’un de ces anciens Membres, Business Coach. C’est une excellente professionnelle avec qui je partage des valeurs fortes et nous sommes très complémentaires dans nos compétences et notre manière de fonctionner. Quand Éric m’a dit qu’elle faisait partie des Membres initiateurs, je n’ai pas résisté à l’envie de me lancer dans cette aventure de création de Groupe avec elle !

Ils étaient donc 5 initiateurs. Je les ai d’abord rencontrés individuellement pour faire connaissance.

Lors de notre première réunion collective, nous avons travaillé sur leur vision, leur Pourquoi. Cela a permis à chacun de dire pourquoi il voulait se relancer dans cette création de Groupe (après une année de redynamisation avortée) et à quoi il voulait que ce futur Groupe ressemble. C’est un avantage de travailler avec des BNIstes qui ont vécu la fermeture de leur Groupe car ils savent très bien ce qu’ils veulent et, surtout, ce qu’ils ne veulent pas.

Nous avons aussi clarifié les grandes étapes, les dangers de la création qui n’en finit plus. Nous nous sommes accordés sur le fait que nous ne voulions pas que cela traîne et que si le Groupe n’était pas activé au bout de 6-7 mois, nous abandonnerions. Cette limite a toujours été claire pour nous six.

La première étape a été la constitution du Noyau dur, fixé à 15 Membres minimum. Chaque Membre initiateur a contacté des partenaires à lui, des personnes de confiance avec qui il avait envie de travailler et de voir rejoindre la création de Groupe.

Il y a eu rapidement une bonne dynamique de recherche de la part de tous, les communications WhatsApp ont permis de maintenir une bonne énergie en se tenant les uns les autres informés des pistes lancées, des échecs et des succès.

Deux mois plus tard, ils étaient 6, trois mois plus tard 8. À ce stade, les réunions ne se tenaient qu’occasionnellement, afin de rencontrer les partenaires intéressés pour les rejoindre.

Au bout de 3 mois, il y a eu un ralentissement dans les pistes identifiées. Le signal d’alarme a été une rencontre avec un seul partenaire car pas de pistes par ailleurs. J’ai tout de suite organisé une séance de travail avec les 8. Objectif : les aider à identifier leurs partenaires de confiance. Pour cela, ils ont commencé par faire un brainstorming sur les différents réseaux qui les entouraient. Ils ont pris conscience qu’ils étaient bien plus nombreux que ce qu’ils pensaient ! Puis, en sous-groupes, ils ont balayé chacun de leurs réseaux et ont partagé leurs idées. Cela a permis à chacun de rebondir sur les idées des autres et d’avoir une vision bien plus large.

Au début de la réunion, ils avaient à eux tous 3 pistes, à la fin de la réunion, ils en avaient identifié 63 ! Cette séance de travail a été une grande étape, qui les a aussi remobilisés : ils sont passé de 8 à 19 en six semaines. Nous avons alors figé le Noyau dur.

La réunion des attentes a été à nouveau un moment où chacun a partagé ses objectifs personnels au sein de BNI et où le Groupe a construit sa vision et ses valeurs. Nous avons aussi organisé un premier afterwork pour que chacun commence à mieux se connaître. C’est seulement maintenant qu’ils commencent à se rencontrer en dehors des réunions.

Nous sommes actuellement à la RIP n°2 et avons déjà trois postulations.

Je commence à les former à la méthode, en constituant un Comité d’Accueil et un Comité des Membres, en les formant à l’infomerciale, etc.

Certains deviennent Directeurs et créent des Groupes pour le challenge, la volonté de faire une performance rapide. Vous êtes plutôt concentrée sur la relation à long terme. Quelle est votre recette ?

En effet, ce n’est pas tant le challenge qui m’a attirée dans cette création de Groupe, mais plutôt le côté aventure humaine. Au départ, aux côtés de ma partenaire Business Coach, puis avec les initiateurs, puis avec les 8 et maintenant les 19 du Noyau dur. Je l’ai déjà vécu en 2015 avec mon Groupe, c’est très enthousiasmant de faire naître quelque chose de puissant tous ensemble.

Comment avez-vous rassemblé votre Groupe autour de sa création ?

Je travaille beaucoup autour de la vision et de l’ambition qu’ils ont pour ce Groupe.

Je communique aussi beaucoup par WhatsApp pour les maintenir focus sur la création de Groupe et les garder en énergie.

Quels points de la méthode BNI vous aident particulièrement ?

Je respecte la méthode avec les 3 grandes étapes de la création de Groupe et je n’ai pas commencé les RIP avant la création du Noyau dur.

Je veille beaucoup à l’équilibre Happy Business. Pour le Business, c’est trouver l’équilibre entre commencer à travailler ensemble pour qu’ils ne soient pas frustrés mais pas trop pour ne pas détourner leur énergie de la création de Groupe. Pour le Happy, c’est créer du lien et de la proximité entre chacun pour commencer une cohésion de groupe.

Je travaille aussi avec les powerteam (les sphères) pour que la croissance du Groupe se fasse au travers d’elles, des finalités client que le Groupe veut servir localement. C’est aussi un très bon levier de motivation pour les Visiteurs qui visualisent facilement où pourraient être leur place dans le Groupe.

Dans ce Groupe, comment motivez-vous les Membres ?

Je rappelle sans cesse leur vision, leur Pourquoi. Je veille à ce que les réunions soient dynamiques et qu’elles soient un peu différentes à chaque fois pour ne pas les lasser. J’aide les Membres pour qui c’est plus difficile. Je les incite à commencer à se rencontrer. Et je les fais travailler avec une contrainte de temps puisque nous avons une date butoir de création de Groupe.

De quoi êtes-vous la plus fière dans ce Groupe ?

Ils ont un beau projet pour ce Groupe, avec une vraie ambition d’être un acteur économique implanté très localement et de toujours mieux servir leurs clients grâce au réseau construit au travers de ce Groupe.

Je suis également fière de leur capacité à se mobiliser en à peine quelques semaines pour grossir de 8 à 19 Membres. Ils ne se connaissaient pas en début d’année et il y a déjà beaucoup de plaisir et d’’envie à se retrouver et à travailler ensemble.

Quelles ont été les difficultés ? Quels les points auxquels il faut faire attention selon vous ?

Le rythme et le tempo

Le point d’attention principal est de maintenir la dynamique et de ne pas essouffler le Groupe. Chaque signe de ralentissement est une sonnette d’alarme pour moi.

Je veux lutter contre l’essoufflement car c’est ce que j’ai moi-même vécu lors de la création de mon Groupe en 2015 : nous étions passé de 4 initiateurs à 15 Membres en trois mois, puis plus rien pendant des mois. Nous n’en pouvions plus ! Quand Éric nous a prévenu que BNI allait stopper la création de notre Groupe si on ne le lançait pas d’ici quelques semaines, nous nous sommes tous posé la question : étions-nous motivés pour monter ce Groupe ? Nous le voulions tous :  nous sommes passés de 15 à 27 Membres en trois semaines. Les Visiteurs, nous les avions tous dans notre répertoire, mais nous ne passions pas assez à l’action. L’électrochoc a été salutaire.

L’équilibre entre business et création de Groupe

Il faut à la fois donner un peu de méthode pour qu’ils commencent à faire du business afin de ne pas générer de frustration et en même temps pas trop, car ils doivent concentrer leur énergie et leur motivation sur les Visiteurs et la création de Groupe.

Le niveau d’actions et d’implication selon les Membres

Je regarde comment chacun agit dans la création de Groupe. Certains sont tout de suite dedans et sont actifs, d’autres sont plus en retrait. Je travaille individuellement avec ces Membres-là, à la fois pour créer une relation entre eux et moi et aussi pour les aider de manière spécifique.

Que recommandez-vous aux DC et DZ qui vous lisent à ce sujet ?

  • L’expérience de création de mon propre Groupe a été très marquante pour moi et c’est comme ça que je travaille avec BNI SQY :

J’ai tout de suite fixé aux 5 Membres initiateurs et une date butoir de création à laquelle je me tiens. Avec le Noyau dur, je suis en train de fixer des objectifs intermédiaires en termes de nombre de Membres : si à la date fixée, nous n’avons pas atteint notre objectif, que fait-on ? Quel plan d’action correctif met-on en place sur la semaine (ou les 2) à venir ? Si rien ne bouge, j’envisagerai de tout arrêter.

  • Il faut beaucoup observer le Groupe et être très flexible. Je mets en place des actions dès que je vois le moindre signe de ralentissement ou que je ne vois pas de résultats concrets aux actions du Groupe, je n’attends pas que l’essoufflement s’installe : séance de travail d’identification de partenaires, formation sur comment inviter, TAT avec les quelques Membres plus en difficulté, co-animation des réunions pour que le leadership vienne de plus en plus de l’intérieur du Groupe et pas que de moi, etc.
  • J’essaie d’alterner mon discours entre fermeté, bonne humeur et soutien. À la fois mettre une douce pression positive en rappelant les actions attendues et le timing, tout en travaillant sur la cohésion du Groupe et en même temps en leur apportant mon aide et mon soutien.

Avez-vous un autre conseil à partager avec les DC et DZ qui vous lisent ?

L’important pour moi est de poser un cadre clair et surtout de s’y tenir. Quand je leur dis que si à telle date il n’y pas le nombre de Membres visés et ce, malgré la mise en place d’actions correctrices, j’y crois vraiment et je suis sincèrement prête à tout arrêter. De même sur les présences / suppléances, etc.

Un dernier conseil serait de surveiller aussi votre propre niveau d’énergie. Il est important pour moi que semaine après semaine, je prenne toujours autant de plaisir : mon propre moral est un excellent indicateur pour voir si quelque chose va ou ne va pas dans cette création de Groupe !