« Avant BNI, ma crainte était de ne pouvoir entrer en contact avec des personnes sans être gênée de promouvoir mon activité. »

549

Sandrine HO est Membre du Groupe BNI Business Lunch depuis seulement septembre dernier. Suite à un changement de région, elle nous confie les craintes qu’elle avait de devoir se refaire un réseau.

Quelle activité professionnelle représentez-vous au sein de votre Groupe ? 

Le bien-être et le soin du corps par le massage. Je suis gérante fondatrice de ADER – Hol’essens. Nous accompagnons les personnes à se reconnecter avec leur corps. Nous les accueillons en dehors des horaires de bureau, c’est-à-dire après 17h30 et les samedis, dimanches et jours fériés.

Comment avez-vous connu BNI ? 

Il y a 7 ans, via internet car je recherchais des réseaux d’entrepreneurs. J’étais en Essonne.

Qu’est-ce qui vous motive et que vous appréciez le plus dans votre Groupe BNI ?

Le Groupe se réunit tout près de chez moi, le midi et le vendredi. C’est un jeune Groupe, donc en progression, ce qui permet de trouver sa place.

Quelles ont été vos motivations et/ou objectifs pour rejoindre BNI ? 

Venant d’emménager dans la région, participer à un Groupe BNI me permet de me constituer un réseau structuré et ciblé. Ce qui me permet d’éviter de me retrouver dans la « jungle » : le Groupe m’apporte un bon rapport temps/efficacité.

Avez-vous eu des fonctions au sein du Groupe ? Si oui, quels en ont été les bénéfices ?

Je suis au Comité d’Accueil depuis le 1er octobre. Cela me permet d’entrer en contact plus facilement avec les autres Membres.

Souhaiteriez-vous prendre d’autres fonctions au sein de votre Groupe ? Si oui, pour quelles raisons ? 

Oui, j’aimerais pouvoir tourner dans les différents rôles. Ceci permet de mieux connaitre, de mieux apprendre la méthodologie, et donc de progresser. 

Vous avez dû changer de région et refaire votre réseau professionnel. Quelles étaient vos craintes lors de ce changement ? 

J’ai dû quitter la région où j’habitais depuis 30 ans. Je me suis installée à Éragny-sur-Oise, près de mes parents. Mes craintes étaient de ne pouvoir faire des rencontres, vu mon âge. En général, les rencontres sont facilitées par les enfants qui vont à l’école, le travail, des activités de loisirs ou par ses voisins. Aucun de ces cas me correspondait à ma nouvelle vie dans cette ville. Mon activité se développe par le bouche-à-oreille car elle est réputée comme « non indispensable », plutôt comme un loisir. Je craignais de devoir faire beaucoup de publicité payante et de démarchage pour me faire connaitre.

Comment s’est passée votre intégration dans ce nouveau Groupe ? 

C’est une démarche personnelle qui m’a fait entrer en contact avec le Groupe. À mon arrivée dans ma nouvelle ville, l’une de mes premières démarches a été de rechercher un Groupe BNI proche de chez moi. Le fait que celui-ci se réunisse le midi et le vendredi a été déterminant dans mon choix. L’intégration a été facilitée car j’ai eu l’opportunité 3 semaines après mon intégration de présenter mon activité lors de la conférence de 10 minutes. Ce qui a permis rapidement de me faire connaitre par l’ensemble des Membres, et ainsi déclencher des demandes de Tête-à-tête. Et le changement de mandat au 1er octobre m’a donné également l’occasion d’intégrer le Comité d’Accueil.

Comment votre Groupe BNI vous a-t-il aidée à refaire votre réseau et combattre vos craintes ? 

Le fait d’intégrer un Groupe BNI me permet de me constituer petit à petit un réseau solide avec un objectif commun : développer son business dans l’entraide. Ma crainte était de ne pouvoir entrer en contact avec des personnes sans être gênée de promouvoir mon activité. Intégrer BNI m’a ôté la crainte de ne savoir par où commencer pour me reconstituer un réseau car je n’avais aucune relation dans la région.

Est-ce que vous aviez d’autres craintes avant de devenir Membre BNI ? Comment votre Groupe BNI vous a-t-il aidée ? 

N’ayant aucun réseau dans le secteur, j’avais peur de ne pas pouvoir donner de recommandations alors que c’est ce qui est le plus attendu par le Groupe. Grâce aux formations dispensées par BNI de façon large (pas uniquement au niveau du Groupe), j’ai pu apprendre comment contribuer autrement à l’énergie du Groupe. Le fait que le changement de mandat ait eu lieu 3 semaines après mon intronisation m’a également aidée car même en tant que nouvelle, il m’a été demandé d’intégrer le Comité d’Accueil, me permettant ainsi de commencer à contribuer d’une autre manière.

Que vous a rapporté votre investissement dans BNI ?

Même si mon adhésion est toute récente, cela m’apporte déjà une structure, une organisation dans mon planning et des objectifs d’actions. Rien que tenter de réussir à atteindre le 421 me permet de sortir de cette recherche directe, de vouloir absolument vendre mes services aux Membres, mais plutôt contribuer à aider les Membres du Groupe à se développer. Cela me permet également d’entrer en contact avec des entrepreneurs extérieurs pour leur proposer de développer leur chiffre d’affaires.

Quel est la meilleure affaire que vous ayez pu faire chez BNI en 2022 ?

Mon adhésion est toute récente, donc les résultats sont à venir. Je vois mon adhésion comme une motivation à être dans l’action, pour gagner en crédibilité auprès des Membres du Groupe.

Dans votre Groupe, qui tenez-vous à remercier et pourquoi ? 

Je veux remercier Christophe Leprince et Aymeric Lacour, qui ont mené mon entretien de postulation au Groupe. Ne me connaissant pas et n’étant connue d’aucun Membre, ils m’ont fait confiance et m’ont donné une chance de faire mes preuves.

Que souhaitez-vous mettre en avant aujourd’hui auprès des Membres BNI ?  

Pour permettre une détente totale et bénéficier pleinement des bienfaits du massage, nous accueillons le dimanche, les jours fériés et en fin de journée, de 17h30 à 22h00.

CONTACTER SANDRINE