« Je me reposais sur mes lauriers… BNI m’a donné un coup de pied aux fesses ! »

2162

Laurence ROUX-FOUILLET a intégré le Groupe BNI Action Boulogne Billancourt en mai 2022. Elle nous raconte combien BNI l’a aidée à booster son activité… et l’a réveillée !

Comment avez-vous connu BNI ?

J’en avais entendu parler de longue date par Véronique Millet qui est Directrice Régionale de BNI Lorraine et que je connais… depuis le lycée ! J’étais dubitative au début, mais une amie m’a invitée dans son Groupe parisien. J’ai été assez enthousiasmée par l’état d’esprit et j’ai décidé de tester d’autres Groupes près de chez moi. Quand je suis arrivée à BNI Action Boulogne Billancourt, grâce à Nicolas Marguerat, l’avocat en droit des affaires et fiscalité du Groupe, j’ai été immédiatement emballée. C’est là que je voulais être !

Qu’est-ce qui vous motive et que vous appréciez le plus dans votre Groupe BNI ?

Le happy business ! Il y a beaucoup de professionnels de très haut niveau dans mon Groupe et on se fait des recommandations travaillées et sérieuses, mais sans jamais se prendre au sérieux. Chez BNI, j’ai rencontré des gens comme moi : positifs, créatifs et généreux.

Quelle activité professionnelle représentez-vous au sein de votre Groupe ?

Je suis sophrologue en entreprise. J’ai créé Calme et Compagnie à Boulogne-Billancourt en 2006, pour proposer aux ressources humaines des entreprises la sophrologie comme outil de performance et de bien-être au travail, en l’adaptant aux besoins des équipes.

Quelle est la spécialité de votre société ? Qu’est-ce qui vous distingue de vos concurrents ?  

J’ai été l’une des premières sophrologues à spécialiser cette méthode au contexte du travail, j’ai d’ailleurs écrit un ouvrage précurseur sur cette spécificité en 2013. J’ai accompagné plus de 5 000 personnes à ce jour, écrit 14 livres sur le sujet, et je suis la créatrice du Sommet Virtuel de la Sophrologie, qui se déroule chaque année en juin.

Quelles ont été vos motivations pour rejoindre BNI ?

J’étais en train de me reposer sur mes lauriers… Je ne prospectais plus et j’attendais que les clients arrivent tout seuls.  BNI m’a donné un coup de pied aux fesses, pour orienter mon développement BtoB de manière structurée. Pour cela, la méthode BNI est vraiment une machine de guerre !

Avez-vous eu des fonctions au sein du Groupe ? Si oui, quels en ont été les bénéfices personnels et professionnels ? 

J’ai été Vice-Présidente, Coordinatrice d’Éducation et au Comité des Membres. J’ai adoré faire l’éduc’action, car j’ai d’abord reconsidéré les points-clefs de la méthode pour moi, avant de réfléchir à comment la faire passer chaque semaine à mes co-Membres, souvent de manière humoristique (c’est un peu devenu ma marque de fabrique).

Souhaiteriez-vous prendre des fonctions au sein de votre Groupe ? Si oui, pour quelles raisons ?

Je suis actuellement en charge des réseaux sociaux et de la communication. J’ai quelques idées d’outils que je voudrais proposer, notamment pour faciliter les infomerciales.

Comment est perçue la spécificité de votre métier dans votre Groupe ? 

Mon métier a été très bien perçu dès le départ, car j’ai de la chance de travailler avec des co-Membres curieux et à l’esprit ouvert… Et aussi parce que je me suis efforcée d’orienter mes infomerciales sur les solutions que mon métier peut apporter.

Que vous a rapporté votre investissement dans BNI ? 

BNI m’a permis de faire progresser mon CA de 10% en année 2, mais m’offre surtout un réseau de professionnels que je peux conseiller à mes propres clients.

Quelle est la meilleure affaire que vous ayez pu faire chez BNI ? 

La meilleure affaire est en cours j’espère, avec deux recommandations « grands comptes » faites par des co-Membres, et qui sont en train de se finaliser. Le BtoB, c’est du temps long. Une reco peut prendre 6 à 8 mois avant d’aboutir, mais je suis tenace !

Dans votre Groupe, qui tenez-vous à remercier et pourquoi ? 

Dans mon Groupe, j’ai une vraie complicité avec Clothilde Chavane de By Clo, qui a un concept store dans Paris où l’on trouve des cadeaux ravissants. Elle m’a fait confiance immédiatement. Elle est d’une grande générosité et très drôle !

Pourquoi s’engager longtemps au sein de BNI selon vous ? 

La crédibilité ne se gagne pas en 6 mois, surtout dans un métier comme le mien. Il faut penser sur le long terme, être visionnaire. J’ai testé des collaborations et des idées avec mes co-Membres. Certaines ont fonctionné, d’autres non. J’ai dû faire mes preuves, notamment en m’impliquant dans le Groupe, mais ça valait la peine. Je recueille depuis quelques mois de manière plus significative les fruits du temps que j’ai investi.

Souhaitez-vous nous raconter une autre anecdote ? 

Avec les Membres de ma sphère Bien-être, qui sont juste incroyables (nous sommes 8, c’est la plus importante sphère du Groupe), nous avons créé à Boulogne, en janvier dernier, un événement grand public : une journée santé bien-être en plein centre-ville. Tout s’est fait très vite et de manière hyper pro, notamment grâce à Sonia Faris, fondatrice de l’agence Mon Prochain voyage et Julien Saada, opticien-créateur de Papa Lunettes. On a vraiment l’habitude de travailler tous ensemble et c’est hyper fluide. Pour cette première, nous avons accueilli une centaine de visiteurs. C’était une réalisation issue de notre conférence de sphère, et dont nous sommes très fiers !

Que souhaitez-vous mettre en avant aujourd’hui auprès des Membres BNI ?  

Du bien-être à la santé mentale au travail, aujourd’hui, il n’y a qu’un pas… Depuis un an, je suis formatrice accréditée sur les Premiers secours en santé mentale, et je propose cette formation de deux jours en entreprise, comme auprès de particuliers ou professionnels qui veulent acquérir ces compétences. J’ai déjà formé près de 200 secouristes en santé mentale, BNistes entre autres ! Ma demande spécifique : j’aimerais développer ce programme dans une école de commerce comme l’ESSCA à Boulogne, dont la Directrice du campus est Stéphanie Gouchault.

JE DÉCOUVRE L’ACTIVITÉ DE LAURENCE : www.espaceducalme.com

CONTACTER LAURENCE