actus

 

QUAND LES MEMBRES BNI SONT AUSSI DES AUTEURS

30/10/2012

 

 

QUAND LES MEMBRES BNI SONT AUSSI DES AUTEURS


30/10/2012

 

Nous sommes en 1986… je venais de lancer ma petite entreprise un an plus tôt.

Le concept de travailler « sur » mon entreprise et pas seulement « dans » mon entreprise a alors vraiment résonné en moi. J'ai donc voulu me projeter et faire de mon mieux pour visualiser l'avenir sur les 5 à 10 prochaines années. Combien de clients me faut-il ?  Dans combien d'états vais-je démarcher ?  Quel soutien supplémentaire pourrions-nous offrir à nos clients ? Tous ces objectifs nécessitaient une gestion d’infrastructure plus complète. J'avais besoin d'une meilleure organisation pour pouvoir offrir l’envergure prévue à mon entreprise.

«J'ai réalisé un organigramme pour l'entreprise telle que je la voyais dans les 5 à 10 années à venir »

Je me suis donc assis et j'ai commencé mon plan pluriannuel en rédigeant un organigramme, non pas pour ce qui existait déjà, mais pour ce que j'envisageais : un organigramme pour l'entreprise telle que je la voyais dans les 5 à 10 années à venir. J'ai commencé par considérer toutes les fonctions que mes deux employés à temps partiel (chacun travaillant 20 heures par semaine) assumaient, ainsi que tous les rôles que j'occupais. J'ai trouvé pas moins de 15 catégories différentes de fonctions actuelles et futures !

Lorsque votre entreprise est petite, tout le monde y met du sien et joue plusieurs rôles. J'ai donc travaillé à déconstruire les rôles de chacun et à rédiger un organigramme à partir de toutes les fonctions que nous partagions à l’époque. Ensuite, je nous ai mis tous les trois dans toutes les divisions que j'ai dessinées, selon les fonctions que chaque personne couvrait à ce moment-là. Par exemple, mon assistante était également notre réceptionniste et mon expéditeur s'occupait aussi de la production de tous les documents clients. Par conséquent, j'ai mis leurs deux noms dans les quatre catégories pour les rôles que j'envisageais comme distincts à l'avenir.

Ensuite, j'ai mis mon nom sur tous les rôles que je jouais. C'est à ce moment-là que m'est venu à l'esprit le vieux dicton « au four et au moulin ». Parce que j'étais là, le fondateur et PDG de l'entreprise, listé dans de très nombreuses catégories. En plus de ma fonction de PDG, j'étais le directeur du marketing, le service des plaintes, et même… le concierge !

Cet exercice m'a donné une clarté incroyable sur ce que je devais faire pour faire progresser l'entreprise : je devais sortir de toutes les catégories dans lesquelles je figurais, sauf celle du PDG.  C'était plus facile à dire qu'à faire ! C'était mon plan sur 5 à 10 ans, et je savais déjà qu'il me faudrait au moins 5 ans pour y arriver. Cela signifiait que je devais commencer maintenant pour que cela se produise dans les temps. J'ai commencé par penser aux choses que je détestais faire et la comptabilité était en tête de liste. Je savais que si je voulais faire évoluer l'entreprise, j'avais besoin de me détacher de cela.

« Cela m'a pris environ sept ans, mais j'ai fini par remplacer tout le monde sur cet organigramme original »

Je crois que les entrepreneurs travaillent soit dans leur flamme, soit dans leur cire. Quand ils sont dans leur flamme, ils sont en feu. Ils sont excités par ce qu'ils font. Vous pouvez l'entendre dans leur voix et vous pouvez le voir dans leur façon d'agir. Lorsqu'un entrepreneur travaille dans sa cire, il est épuisé et il en a assez de ce qu'il fait.  Vous pouvez le percevoir à son ton et le vérifier dans sa manière d'agir. La comptabilité était ma cire et je le savais.  C'était l'une des premières choses sur lesquelles je devais agir. La beauté des affaires, c'est que quelque chose qui est peut-être ma cire, se trouve être la flamme de quelqu'un d'autre. Je me souviens de la première comptable que j'ai engagée. Elle adorait la comptabilité ! Un jour, elle est venue me voir et m'a dit : « Les livres étaient à 5 cents de moins, mais je les ai trouvés ! »  Il lui a fallu deux heures pour les trouver, mais elle l'a fait !  Elle était si fière. Certains d'entre vous penseront peut-être : « Vous l'avez payée deux heures pour économiser 5 cents ! »  Oui, et je l'ai félicitée pour son travail acharné.  Pour moi, ça aurait pu être 50 dollars et j'aurais dit : « Eh bien, on n’est pas à ça près ! ». Pourriez-vous imaginer si c'était 500 $ de perte ?  Elle ne serait pas rentrée dormir avant d'avoir retrouvé l'argent. La comptabilité était sa flamme et j'étais content qu'elle le soit.

Pour chaque personne que j'embauchais, je mettais une ligne dans la case avec le nom de la personne qui m'avait remplacé ou qui avait remplacé l'un de mes premiers employés. Cela m'a pris environ sept ans, mais j'ai fini par remplacer tout le monde sur cet organigramme original. Aujourd'hui, mon entreprise, BNI, compte près de 100 employés dans plusieurs bureaux à travers le monde. De plus, elle compte plus de 12 000 franchisés, Directeurs Consultants et employés travaillant pour la société, dans plus de 70 pays et tout a commencé avec cet organigramme manuscrit et visionnaire.

C'est un excellent exercice que vous pouvez faire à n'importe quel moment dans votre entreprise - pas seulement au début (j'ai fini par le faire plusieurs fois). Une autre chose que je recommande : gardez le premier ! Si je l'avais fait, il serait encadré et sur mon mur aujourd'hui.

Surnommé le « père du réseautage moderne » par CNN, le Dr Ivan Misner est un auteur à succès du New York Times. Il est également le fondateur et le Chief Visionary Officer de BNI (www.bni.com), la plus grande organisation de réseautage d'affaires au monde. Son dernier livre, “Who's in Your Room ? - The Secret to Creating Your Best Life”, est disponible en librairie et sur Amazon.com.

Lire l'article original : https://www.bni.com/fr/the-latest/blog-news/little_company_big_vision

Mots-clés: développement personnel, business, entreprendre, recommandations, réseaux d'affaires, entrepreneurs, entreprise, organisation